Le temps passe et efface les années qui se suivent. N’émergent que du flou quelques souvenirs plus ou moins reconstitués et peut-être aussi infidèles que cette photo de moi prise voici trente ans.J’ai eu préventivement envie de me souvenir de 2015. Mais un journal intime ne m’intéresse pas. J’ai déjà de la peine à garder toute l’année mon agenda en ordre…
Alors j’ai décidé de traiter chaque jour un point que j’aurai entendu, vu, lu, appris ou sur lequel j’aurai envie de revenir. Une image (photo, dessin, peinture), un texte (une citation, un poème – d’un autre ou de moi -, un article aussi, c’est mon métier après tout d’écrire des articles) ou les deux. En essayant d’être court, de ne pas lasser, mais vous l’avez compris, je ne m’interdis rien. Le défi est d’y être chaque jour. Un almanach à l’ancienne mais résolument contemporain.
Invitez-vous chez moi, inscrivez-vous, commentez, prévenez vos connaissances si la chose vous intéresse (mais cela, vous ne le saurez qu’en revenant tous les jours). Vous pourrez aussi utiliser la version tablette et téléphone.
À demain.

Jean Rebuffat

PS. Pourquoi le 4 septembre? C’est ma date de naissance. Et c’est aussi un jour comme les 364 autres. La bannière est une photo de la station de métro “Quatre-Septembre” à Paris, près de la bourse. Quand ils étaient petits, je faisais croire à mes enfants que c’était en mon honneur que la station s’appelait ainsi (tout comme beaucoup de rues ou de places en République) mais leur étonnement ne durait jamais très longtemps car leur esprit critique était déjà très développé. Finalement tout ça est de ma faute et je finissais par leur expliquer qu’il s’agissait de la date à laquelle la IIIème République fut fondée.
Mais naître le même jour qu’une République, quoique 77 ans plus tard, j’ai toujours trouvé cela pas mal, finalement.