Mon bureau, à Bruxelles, donne sur le jardin mais est au second étage. Les remous atmosphériques ont amené jusque sur mes persiennes ce visiteur qui a dû faire un fameux bond tout de même.
Depuis lors, épuisé par son exploit, il reste là, immobile, apeuré peut-être. Il s’est aplati, je viens de diriger mon regard vers lui presque furtivement, je ne veux pas le déranger.
Je comptais aujourd’hui vous parler des araignées qui font tellement peur à certaines personnes (moi, j’aime les araignées), lesquelles, je parie, trouve ce petit animal-ci parfaitement mignon, à l’instar des coccinelles, qui ont très bonne presse.
Je ne sais pas combien de temps Jiminy va rester là. S’il y est encore quand je rentre tout à l’heure (nous allons dîner dehors, ce soir), je lui achète un parapluie et un petit chapeau ridicule.
A demain.